Archives par étiquette : non

Non à la Fermeture de l’Ecole Des Plaines à Le Coteau !

Bonjour à toutes et à tous !

Ce matin je viens d’apprendre la future fermeture de l’école de mon quartier Les Plaines à Le Coteau.

Je suis fou de rage, après la fermeture de la piscine municipale, une école… Que va devenir cette ville du Coteau (42120)… nul ne le sait.

En tout cas voici un prospectus que l’on m’a donné ce matin. Vous pouvez cliquer dessus pour l’agrandir (format PDF).

Je souhaite bon courage à ceux et celles qui luttent pour l’éducation publique de nos enfants.

Educationnellement, Quentin PEREIRA alias DJ YAK’Ô

Facebooktwittergoogle_plusrss

Aujourd’hui, manifestons notre « NON » au TSCG

Aujourd'hui manifestons notre "NON" au TSCG Nous, Français-e-s de l’étranger, attaché-e-s à la République française et à sa tradition humaniste et universaliste, refusons l’austérité et la réduction des acquis sociaux qui nous est présenté comme le seul avenir possible pour la France. La nécessaire justice sociale n’est pas compatible avec le remboursement prioritaire des intérêts de la dette érigé en norme suprême. Elle nous condamne par ailleurs à l’absence de solidarité entre les peuples que nous revendiquons.

Comment investir dans l’enseignement, la santé et promouvoir l’émancipation de l’individu tout en acceptant un traité qui garantit la destruction à court terme des services publics par la réduction des budgets de l’Etat ? Comment continuer notre combat pour la justice, la démocratie et la liberté quand les Etats sont enchaînés par des règles absurdes, au service des seuls marchés financiers, décidées dans le dos des citoyens ?

Comment continuer la construction européenne quand on base les politiques économiques sur le déni des droits des citoyens à choisir eux-mêmes des politiques mises en place? Comment continuer notre politique culturelle à l’international, notre rayonnement littéraire, cinématographique et scientifique, dont les retombées vont bien au-delà de la simple rentabilité comptable, quand toute la politique d’Etat est scrutée, analysée, disséquée sous l’angle de l’austérité par des instances non élues?

La situation de crise actuelle n’est pas le fait des citoyen-ne-s, elle est le résultat notamment de l’application des traités européens qui forcent les États à emprunter sur les marchés à des taux indûment élevés alors que la BCE prête des milliards à ces mêmes marchés à taux quasi nuls. Ces politiques sont parmi les principales causes de la crise de la dette actuelle. Le TSCG dit « Pacte budgétaire », au lieu de reconnaître l’absurdité de ces politiques et de les modifier, fait payer aux citoyens et aux Etats le prix de cette logique ultra libérale.

Notre position de français-e-s expatrié-e-s ne nous empêche pas de nous sentir solidaire de nos compatriotes qui se voient imposer par la force le remboursement d’une dette inique. Nous en serons par ailleurs très certainement victimes nous aussi. Quelles promesses du programme de François Hollande seront donc tenues dans le cadre de cette austérité permanente ? Quid de nos lycées, de nos consulats, du financement des alliances françaises ? Quid de notre sécurité sociale? Pourrons-nous rentrer en France quand nous le voulons sans être précarisés?

Le monde bouge vite. Nous en sommes les témoins. Des défis gigantesques nous attendent, en raison de crises culturelles, économiques et écologiques en préparation. De notre position d’expatrié-e-s, nous pouvons voir que la politique économique promue par ce Traité est bien peu pertinente pour préparer la France et l’Europe à tenir sa place historique et à relever les défis qui s’annoncent. Plutôt que de servir les marchés, il faut investir, éduquer les citoyens pour qu’ils prennent leur place dans ce monde si vaste, préparer le monde de demain, investir pour la transition écologique et promouvoir une vraie justice sociale. Tout le contraire de ce que nous promet le TSCG qui rend de fait impossible toute politique d’investissement dans la transition écologique et le développement des politiques sociales nécessaire pour l’avenir.

Source : Place Au Peuple

Facebooktwittergoogle_plusrss